La Switch est-elle une console d'appoint ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Switch est-elle une console d'appoint ?

Message par Flowa le Mar 16 Jan - 10:22

La Switch, petit raz-de-marée des familles de l’année 2017. Difficile de le nier. Nintendo a opéré un retour au premier plan de toute beauté avec sa nouvelle console. La firme de Kyoto a envoyé du paté sur quasiment toute l’année en diffusant ses sorties majeures de manière très cohérente. Vas-y que je te sors un Zelda, depuis propulsé Jeu de l’Année, tout à fait mythique et qui a fait l’unanimité. Vas-y que dès que tu regardes à gauche, je te balance une droite avec un petit Splatoon qui tient peut-être plus du 1.5 que du véritable second épisode mais qui fait tellement bien le café que nous aurions tort de ne pas en boire à grosses gorgés. Vas-y que pendant que tu repeins les murs avec des calamars, je te balance un Mario qui, même s’il est loin de faire l’unanimité de Link, se permet de soulever «très légèrement» les foules et de retourner quelques cerveaux en mal de moustache. Et vas-y qu’avant la fin de l’année, je te lâche dans la nature un Xenoblade 2 bien cossu et chronophage pour que tu ne lâches pas la dernière perle des usines de Big N. Et bien sur, au milieu de tout ça, quelques portages réussis comme Doom, LA Noire ou Skyrim, du jeu indé comme vache qui pisse, quelques fausses notes (salut Rime, tu vas bien ?) et des voyants qui sont tous au vert fluo.

Et si la petite dernière avait tout d’une grande ? A sa sortie, les observateurs qualifiaient plutôt la Switch comme une console d’appoint. Un device qu’on utiliserait ou qu’on couplerait à une des deux mastodontes que sont la PS4 et la Xbox One. La Switch n’accueillant pas les gros jeux bien fat estampillés triple AAA multiplateformes, on la voyait sans doute mal jouer à qui à la plus grosse avec ses deux grandes sœurs. L’expression fait un peu bizarre pour le coup……. mais passons. Mais si on s’approche un peu du bouzin, est-ce que la Switch n’arriverait-elle pas à se suffire à elle-même ?

Prenons l’exemple du profil gamer que nous sommes chez SGL ou des gens qui gravitent autour de nous. Si, si, il y en a, même si pour l’instant ils sont un peu timides et n’osent pas trop se montrer sur le site ou le forum…… Donc on prend un bon gamer, bien portant, la trentaine qui a déjà laissé quelques traces dans le cuir chevelu, qui peut avoir une colocataire et même potentiellement quelques marmots qui crient dans son domicile. Ou lui suppose la paternité et lui est bien trop occupé pour le remettre en cause. Vous voyez le tableau ? On peut même inverser les rôles et prendre une gameuse qui vit avec ses enfants dans un appartement avec une tierce personne qui prend de l’embonpoint et boude dès qu’on lui demande s’il évite le lave-vaisselle par peur du risque élevé de coupures en rangeant les couteaux. Bref, gameur-gameuse, trentaine (fleur de l’âge qu’ils disaient….), mariage et enfant(s). On passe à la suite.

Pour ce profil de joueur, qui jonglent entre différentes activités, la Switch ne peut-elle pas être la console principale voir l’unique console du foyer ? On part du principe, que notre avatar du joueur moderne ne fait pas jouer ses enfants ni son concubin/concubine. C’est un solitaire, un gars/une femme à qui on la fait pas……

La Switch propose, après moins d’un an de vie (sortie en mars), un catalogue relativement large et des expériences multiples. Avec Zelda, elle possède, premièrement un system-seller conséquent et deuxièmement un jeu à la densité rare pour ne pas dire unique à l’heure actuelle. Des centaines et des centaines d’heures sont nécessaires pour en faire le tour et le jeu se prête à merveille à des sessions tant longues que courtes. Il y a toujours quelques choses à faire. Pour ma part, ce jeu n’est jamais très loin et j’y reviens toujours régulièrement. Les deux DLC sortis durant l’année ne font que renforcer l’affect porté à ce jeu. Dans le domaine du jeu gourmand en temps de jeu, même si moins qualitatif, le dernier Xenoblade est également un candidat sérieux. Le système de combat dense, complexe mais très gratifiant quand on arrive à l’apprivoiser est un véritable plaisir. Ajoutez-y un casting attachant, une histoire classique mais agréable à suivre et vous tenez un bon gros jeu qui vous suivra un bon moment. Inutile de revenir sur le cas de Skyrim, déjà vu et revu mais qui peut se faire, malgré quelques rides bien visibles, une place dans la ludothèque des joueurs ne l’ayant jamais approché. Mario + Les Lapins Crétins était aussi une très bonne surprise. Très facile à prendre en main mais plus compliqué qu’il n’y paraît au fil de l’aventure, ce RPG-Tactic de chez Ubisoft réuni de fort belle manière deux univers qu’on aurait sans doute pas imaginer se télescoper un jour. Et dire qu’on a toujours pas parlé de Mario Odyssey. Un nouveau Mario dont vous pouvez retrouver le Flash Test par votre serviteur ici qui mérite évidemment le détour. Véritable ôde à la découverte et à l’exploration, ce Mario-ci est particulièrement bien calibré pour la console qui l’accueille. Parfait pour des petits sessions de chasse aux lunes, le jeu jouit d’une durée de vie vraiment conséquente si vous lorgnez du côté du 100%. Besoin de ressortir votre loupe et votre sens affuté d’enquêteur ? L.A. Noire s’est dépoussiéré et vous ouvre les portes de Los Angeles. Envie de partir pour l’enfer et de démembrer du démon un brin agressif sur fond de métal inoxydable ? Sortez la tronçonneuse et sautez sur Doom.

Un petit tour sur le store de la marque vous donnera aussi un aperçu de ce que la console peut proposer comme jeux de qualité : Shovel Knight, Sonic Mania (enfin un Sonic qui fait honneur à la licence), Steamworld Dig 2, Golf Story, Stardew Valley… la liste est potentiellement très longue…

Notre gamer-cobaye aime aussi les joutes multi, les grosses soirées entre potes qui sentent bon les chips, la binouse tiède ou la petite bouteille de Flavi qui fait facilement des petits (coucou Tara). Donc il lui faut un jeu multi à notre gamer. Et vite !

Si notre bougre de gamer aime les jeux de sport, on se tourne vers Fifa ou NBA 2K qui font vraiment la cuisine correctement, tout spécialement le jeu de basket. Que ce soit en local ou en ligne, les deux jeux remplissent pleinement leur rôle. Si c’est le frag qui intéresse notre ami et qu’il n’est pas allergique aux fruits de mer, on lui met Splatoon 2 dans les pognes et roulez jeunesse (enfin… jeunesse… comment dire…) ! Splatoon a tout du jeu parfait pour des bonnes soirées entre potes. Il nécessite par contre un certain investissement, déjà pour maîtriser pleinement les subtilités de son gameplay mais également pour débloquer certains modes de jeu. Le grinding n’est pas extrêmement rapide (ce qui n’est pas un défaut) et il faudra que tous les joueurs passent niveau 10 pour ensuite partir en classé, avoir un certain niveau pour prétendre aux matchs Pro entre potos. Largement à la portée de notre gamer et ses amis, mais vaut mieux le savoir. A côté, Splatoon possède un mode Salmon Run très frais et qui permet des se dégourdir les palourdes. Niveau FPS multi, la console portable de salon (ou est-ce l’inverse) nous balance le déjà nommé ci-dessus Doom avec un multi plutôt réussi et solide. Des concessions techniques ont évidemment dû être faites pour faire tourner une telle boucherie chez Big N mais les sensations sont au rendez-vous !

Il veut de la vitesse et de la querelle notre joueur ? Et PAF, carapace bleue et champignon, voilà Mario Kart 8 Deluxe. De la mandale extensible ou des attaques chargées en électricité? Let’s get ready to Aaaaarms or Pokken Tournament !! De la bonne rigolade en local ? 1-2 Switch, Rayman, Snipperclips ou Overcooked (magique ce petit jeu !!) sont là. Un brin de réflexion et de coups tordus ? Faites entrer Puyo Puyo Tetris ou Super Bomberman. Du jeu de combat pur et dur ? Ultra Street Fighter II : Turbo On The Rocks Edition Deluxe Whisky Chips est dans la place et si c’est des cheveux jaunes qu’il vous faut, Xenoverse 2 est là aussi. On en parle de Rocket League et des soirées démentielles qu’il vous fera vivre ?

Bref, niveau multi, la Switch en a sous la semelle pour ses 3 premiers trimestres de vie. Il y en a pour tous les goûts car cette liste n’a rien d’exhaustive

Le gros soucis pour notre PGM à la perruque grisonnante ? La communication avec ses paires. La communication entre amis se fait par une application mobile des plus déroutantes… pour l’avoir testé sur Splatoon, c’est une horreur. Pas pratique pour un poulpe. Donc il vaut mieux se tourner vers Discord, Skype ou toutes autres applications du genre….

Presque du mal à reprendre mon souffle. Mais je crois que le tour des rayons est plutôt complet et démontre un potentiel certain pour notre petite console estampillée Nintendo...

Donc reprenons la question initiale : la Switch n’est-elle qu’une console d’appoint ? J’ai bien peur de devoir répondre que non Monsieur l’Agent. Non, car sa ludothèque est conséquente, après moins d’une année de vie je le rappelle, et ne se contente pas que de jeux first party contrairement aux idées reçues. Les éditeurs tiers sont présents et de moins en moins frileux, même si évidemment, on ne parle de grosses exclus propre à la console. Pour l’instant. Car 2018 pourrait bien enfoncer le clou et permettre à la Switch de se démarquer encore plus du reste du marché et continuer de se vendre par wagon. Un Nintendo Direct en janvier commence à se dessiner à coup de rumeurs et de fuites et la firme de Kyoto pourrait directement frapper fort en donnant des nouvelles du nouveau Metroid Prime ou de Pokemon.

Avec son catalogue fourni qui continuera de voir arriver des remastered, ou des portages 360-PS3-Wii U, comme Bayonetta et Donkey Kong fraîchement annoncés, entre les différents blockbusters à venir, la Switch peut tout à faire se suffire à elle-même. Aux différents triple AAA qui ne tourneront jamais chez elle, la Switch propose d’autres expériences, différentes mais pas forcément moins ambitieuses. Zelda, Mario ou encore Xenoblade 2 en sont les preuves flagrantes. Le côté technique sera toujours en deça de la concurrence et le fossé devrait continuer de se creuser, mais à l’heure actuelle, je ne le trouve pas plus handicapant que cela. Qu’en sera-t-il dans les 4, 5 années à venir ? Donnons-nous rendez-vous dans 5 ans, même jour, même heure, même blog.

Son côté nomade renforce également cette impression que la Switch peut être plus qu’une simple console d’appoint. Les coupures sont moins longues entre les différentes sessions, courtes ou étendues et le moindre temps mort peut être l’occasion d’allumer la console. Sa portabilité et son instantanéité sont des armes de séduction massive. Tout comme la convivialité qu’il peut se dégager des sessions locales improviser. J’ai pour exemple un vol Genève-Munich lors d’un EVG mâtiné de Mario Kart qui s’est presque transformé en pugilat avec les «je prends la gagne» de rigueur et les spectateurs qui essayaient tant bien que mal de jeter un œil sur l’écran... Tout simplement mythique.

L’expérience ultime du joueur est évidemment de pouvoir jouer à tous les jeux et de coupler la console de Nintendo avec la PS4 et/ou la Xbox. Mais c’est une configuration que tout le monde ne peut pas se permettre et s’il ne fallait choisir qu’une console, chacune d’elle tire son épingle du jeu. Au combat restreint entre Sony et Microsoft, il faut définitivement ajouté Nintendo, même s’il combat dans une autre catégorie. Etant possesseur des 3 consoles, j’oscille pour ma part entre les 3 de manière aléatoire et j’aurais de la peine à passer à côté d’un Zelda, d’un Horizon ou d’un Cuphead mais s’il me fallait en garder qu’une, mon choix n’irait pas forcément vers Sony ou Microsoft tant Nintendo offre quelque chose de rafraichissant, profondément attachant et définitivement réussi.

Le Nintendo Direct dont vous trouvez le résumé ici à déjà montré quelques cartouches du côté de Nintendo mais un bon gros Nintendo Direct des familles ne devrait pas tarder à arriver. On me souffle qu'il n'y a jamais plus de 20 jours en un mini et un "standard", donc croisons les pads, nous en saurons rapidement plus. La deuxième année de vie de la Switch sera cruciale à n'en pas douter et Big N en a encore dans les tuyaux !


https://www.swissgaminglab.ch/single-post/2018/01/16/La-Switch-est-elle-une-console-dappoint-

_________________
Flowa
www.swissgaminglab.ch

avatar
Flowa

Messages : 394
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Switch est-elle une console d'appoint ?

Message par PainWarriorCH le Mar 16 Jan - 12:37

Très intéressant la fleur, son aspect nomade a l'air vraiment cool. Par contre les joueurs possédant les 3 consoles sont quand même rares (moyens, temps etc.) et la plupart font le choix d'en prendre une seule. Je suis pas sur qu'elle apparaisse dans les premiers choix mais elle a de quoi se faire son propre marché Smile
avatar
PainWarriorCH

Messages : 113
Date d'inscription : 18/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Switch est-elle une console d'appoint ?

Message par denfull le Mer 17 Jan - 7:50

belle article fleur, je m'y suis reconnu dans le gros avec une colloc et des mouflets Very Happy Very Happy

très grosse surprise cette console, je suis fan même que dans mon foyer il y en a deux.......

_________________
"C'est pas moi qu'explique mal, c'est les autres qui sont cons !"
avatar
denfull
Admin

Messages : 169
Date d'inscription : 14/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Switch est-elle une console d'appoint ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum