Mario Odyssey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mario Odyssey

Message par Admin le Dim 10 Déc - 17:51

Chaque retour du désormais ex-plombier est attendu par une cohorte de fans déjà acquis à sa cause, un petit cortège de trolls prêts à lui sauter à la gorge et tout une tripotée de joueurs curieux. Cet opus ne déroge pas à la règle et s’est peut-être même pris une louche de pression supplémentaire arrivant derrière le souffle sauvage du dernier Zelda et en se devant d’asseoir le retour au premier plan de Big N. Mission impossible Monsieur Bros ? Eh bien non ! Tel un Ethan Hunt des Familles, il relève le défi haut la main avec quelques cabrioles et en profite pour nous coller une belle claque. Ni plus, ni moins.
​​
Un peu de peine à me souvenir du scénario, attendez, je sors mon post it… ah voilà : un méchant, Bowser, capture une Princesse, Peach, qui s’attend à être secouru par un clone grassouillet de Freddy Mercury. Je range le post-it.

Il n’y rien de nouveau sous le Sunshine avec l’ami qui se laisse poustache, mais cette fois dans sa sempiternelle quête pour sauver les fesses de sa dulcinée (assignez lui un garde du corps p….), on lui plante sans doute l’ami le plus utile qu’il ait eu entre les gants : Cappy. Un chapeauhoïde un peu bavard qui lui permettra tout un tas de transformations plus surprenantes les unes que les autres. Je les énumérerais bien mais le sel du jeu se situe clairement dans la découverte de ces changements de forme, c’est pourquoi je resterai très évasif sur le sujet et vous laisserai le soin de profiter de chacun d’eux sans spoiler.

Ce qui vous sautera tout de suite aux yeux, c’est que la souplesse et la dextérité du meilleur ennemi de Bowser supporte bien mieux les années que notre corps à nous pauvres terriens. Il est au top de sa forme et répond au doigt et à l’œil ! Il y a juste sous l’eau que notre héros est moins réactif qu’à l’accoutumée. La caméra suit ses mouvements avec la même aisance même si vous devrez parfois la replacer manuellement. Cependant, cela reste rare et n’est jamais pénalisant.

Niveau plastique, c’est vraiment tout ce qu’il y a de plus mignon tout plein et même le plus dark des tueurs à gage se laissera attendrir par le tableau offert par Nintendo. Il y a bien un peu d’aliasing à déplorer, notamment sur les ombres par exemple, mais c’est largement supportable et moins flagrant en mode salon. Est-ce que nous venons de mettre le doigt sur le seul défaut du jeu ? On pourrait presque dire que oui tant le reste n’est qu’ode à la découverte, au level design génial et au plaisir avec un grand P majuscule caractère gras et taille XXL. On regrettera peut-être le manque de challenge sur la première partie du jeu, comprenez avant d'avoir botté la carapace à pointe du marié, qui s'estompe toutefois un peu dans la chasse aux lunes (le jeu reste tout de même relativement simple).

Un point pourrait faire grincer quelques dents mais qui dépend de ce qu'on attend de son expérience en insérant la cartouche. Cet épisode s'éloigne parfois de façon assez lointaine du plateformer pur jus pour lorgner de ses quatre yeux du côté de l'exploration ou la découverte tant certaines étoiles ne nécessitent que de les dénicher en se baladant ou en fouinant dans les recoins des différents mondes ou l'Odyssey posera ses pattes.

Un mot sur le mode «coop» qui a le mérite d’exister. La caméra reste sur le joueur 1 qui dirige l’adepte de la salopette et le joueur 2, incarnant l’ami Cappy, est en soutien pour la chasse aux lunes. Pour être honnête, pas des plus passionnants pour celui qui dirige le couvre-chef vivant mais c’est un mode assez sympa tout de même et idéal pour introduire un novice au jeu vidéo. Mon fils de 5 ans, par exemple, est déjà conquis et se plaît à balader Cappy a travers les différents mondes pendant que papa se concentre sur les lunes.

Si tous les amiibos permettent d’obtenir quelques pièces ou un cœur au cours du jeu et qu’un petit robot les «lancera» à la recherche d’étoiles par pack de 3 maximum,  certaines figurines débloquent également des tenues : Mario, Luigi, Wario, Diddy Kong, etc... Les 3 amiibos sortis avec le jeu, en plus des tenues, offrent des services un peu différents que je vous laisserai découvrir non sans vous dire que j’utilise souvent Bowser !

On peut retourner la carte SD dans tous les sens, cet Odyssey envoie donc du lourd, du très lourd. Mieux que de se raconter, il se joue, il se vit à travers chaque détail suintant l’amour du jeu vidéo et l’ingéniosité. Sa richesse est tout bonnement incroyable et représentative du savoir-faire intarissable de Nintendo. Rendez-vous service, arrêtez de lire ce flash test et foncez l’acheter !
avatar
Admin
Admin

Messages : 63
Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum