Allô papa, ici gamer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Allô papa, ici gamer

Message par denfull le Jeu 5 Avr - 16:58

Je suis un papa gamer et en tant que tel, je me suis souvent posé cette question : comment bien gérer mes enfants quand ils auront l’âge de faire leur début sur une console ? Cela s’est intensifié lorsque mon premier enfant a commencé à s’intéresser au monde du gaming en en me regardant jouer. J’ai toujours été vigilant à ne pas jouer quand mes enfants étaient présents et j’attendais sagement qu’ils soient au lit. Mais le week-end, ma fille ainée venait me poser plein de questions sur le jeu Ark par exemple car elle est passionnée de dinosaures. Et finalement arriva la fameuse question : «Papa ? Quand est-ce que je pourrai jouer ?»

J’avais pour principe de me dire qu’elle pourrait y jouer quand elle aurait 8 ans. Je ne sais pas pourquoi mais je m’étais fixé cet âge-là. Bon gros papa poule que je suis selon ma femme, j’ai évidemment craqué avant les 8 ans. Elle a donc débuté sur Nintendo 3DS sur un obscur jeu de vétérinaire. J’ai tout de suite fait attention à ce qu’elle ne passe pas des heures sur la console mais à ma grande surprise, elle a commencé par des petites sessions de 30-40 minutes. Et elle retournait à ses jeux de construction et autres jouets.

Aujourd’hui, elle a 8 ans et sa propre Switch. Elle joue à Zelda Breath of the Wild, Mario Odyssey et Mario Kart 8. Elle continue de faire de courtes sessions, ce qui continue de me rassurer. Nous faisons aussi ensemble quelques jeux comme Ark en partie locale pour découvrir la PS4 et Minecraft pour la Xbox One. C’est toujours amusant de la regarder mélanger toutes ces touches.

Au-delà de ça, j’ai quand même voulu pousser un peu plus loin mon raisonnement, je me suis donc suis renseigné et documenté sur le sujet. Je vous fais donc part de mes quelques recherches ci-dessous.

Une grande partie des informations proviennent d’une revue spécialisée sur les enfants, Naître et Grandir. J’y ajoute mon avis de papa sans non plus réinventer la roue.

Ma première question concerne les risques liés aux jeux vidéo chez les enfants.

J’étais tout de suite conscient que la dépendance, la violence et les éternels stéréotypes allaient ressortir très vite et ce sont, en effet, les premiers éléments que j’ai trouvés.

En ce qui concerne la dépendance, la documentation sur laquelle je me suis appuyé estime que si l’enfant en développe une au jeu, c’est qu’il y a généralement un problème d’adaptation à son environnement et qu’il cherche à travers le jeu à se créer son propre environnement. Certains signaux peuvent mettre les parents sur la voie d’une probable dépendance chez l’enfant :

• Niveau d’anxiété élevé
• Agitation à l’école
• Présence anormale de cauchemars
• Irritabilité quand on lui demande de stopper le jeu

Il est donc primordial de rester attentif à ce que vivent nos enfants. J’ai personnellement la chance d’avoir une fille qui ne passe pas des heures à jouer et qui ne râle jamais quand je lui demande de stopper sa session.

Au sujet de la violence que l’enfant pourrait développer suite aux jeux, j’ai trouvé quelques infos selon lesquelles le risque lié aux jeux vidéo violents est d’apprendre à l’enfant que parmi les solutions à un problème ils existent plusieurs comportements violents, efficaces et peut-être même valorisants, qui peuvent le résoudre.

Par exemple, dans un jeu, une personne nous barre la route, nous lui roulons dessus et le problème est ainsi réglé. L’enfant aura un sentiment de toute-puissance et se sentira valoriser. La phrase qui explique que plusieurs comportements violents sont la solution à certains problèmes peut évidemment soulever plusieurs interrogations. Il faut être conscient que si un enfant choisit la violence comme moyen de résoudre ses problèmes, ce dernier a déjà un problème de comportement en dehors du jeu vidéo, comme nous l’explique monsieur Serge Tisseron pédopsychiatre et directeur de recherche à l’Université Paris-Ouest Nanterre. Il affirme que la plupart des études qui lient comportements violents et jeux vidéo "concernent en réalité des enfants portés à la violence indépendamment de leurs pratiques ludiques". Ces études ne prouvent donc rien pour tous les autres joueurs, qui sont une majorité. Me concernant, j’estime que ma fille reçoit de bonnes valeurs et je suis très vigilent aux jeux qu’elle possède et de ce fait aucun comportement violent ou anormal n’apparait après une session de jeu.

J’ai trouvé sur le site : capital.fr un petit article très intéressant à ce sujet :

Un rapport des Services secrets des États-Unis et du Département de l'éducation a examiné 37 incidents de violence scolaire entre 1974 et 2000. Sur les 41 auteurs d’attaques étudiées, 37 % manifestent un intérêt pour leurs propres écrits violents, 27% s'intéressent aux films, 24% aux livres. Seulement 12% s’intéressent aux jeux vidéo violents. En 2015 aux États-Unis, il y a eu en moyenne une attaque par semaine dans un lycée. Mais comme pour Colombine, c’est la vente d’armes qui avait été plus largement accusée.

Certains tueurs de masses ont aussi clairement dit qu’ils étaient fan de licences dites violentes et pour quelques uns d’entre eux qu’ils avaient même pris des jeux pour se préparer à leur passage à l’acte. Les auteurs du massacre de Colombine étaient fans de Doom, qui est aussi utilisé par l’armée US pour se préparer au combat. Breïvik à lui avoué s’être entrainé sur COD.

Mais comme le détaille le rapport ci-dessus, cela nous montre que ce n’est qu’une infime partie des tueurs de masses qui s’intéresse aux jeux vidéo.

Les jeux les plus susceptibles de provoquer un comportement violent chez un enfant sont les jeux très réalistes et qui proposent une aventure solo qui permettra à l’enfant de s’identifier à son personnage. A contrario, un jeu a composante multijoueur sera moins susceptible de provoquer de la violence car le partenaire de jeu, qui peut être un adulte créera un lien avec la réalité.

A noter également : les stéréotypes ! Il est évident qu’un jeu comme GTA (je ne fais pas une fixation, mais pour moi c’est un exemple flagrant de jeu à ne pas mettre dans les mains d’un enfant) ne va pas redorer l’image de la femme. Dans les jeux de guerre, ce n’est évidemment pas la Somalie qui va attaquer les USA. Et ce n’est que deux exemples parmi tant d’autres. Les stéréotypes sont malheureusement souvent véhiculés par de nombreux jeux vidéo. Le premier stéréotype qui vient en tête, est celui de la femme. Dans passablement de jeux vidéo les femmes seront moins habillées que les hommes, elles n’auront pas une place de leader et seront soumises aux hommes. Selon l’âge du joueur il faut être attentif aux stéréotypes car ils jouent un rôle à un moment crucial de leur développement où ils forgent leur identité, leur image et les modes relationnels qu'ils entretiendront avec le sexe opposé.

Le stéréotype racial est aussi très présent dans l’univers du jeu vidéo. Suite à mes recherches j’ai trouvé un article intéressant de Habilo Médias qui dit :

Bien que des personnes de nombreuses cultures jouent des jeux vidéo, cette diversité ne se reflète habituellement pas dans les jeux. Dans la majorité des jeux populaires, les personnages blancs et masculins dominent, tandis que les personnages non blancs tiennent plutôt les rôles secondaires traditionnels de faire-valoir ou de méchants ou sont limités à un éventail restreint de genres. Selon une étude de 2011, seulement trois pour cent des personnages de jeux vidéo sont hispaniques, moins de 11 pour cent sont afro-américains et aucun n’est autochtone ou biracial. D’autres études montrent que les personnages afro-américains sont limités à un éventail restreint de genres comme les jeux de sport et les jeux associés à une célébrité telle que 50 Cent et qu’ils incarnent le plus souvent les méchants et sont présentés sous des traits particulièrement terrifiants.

Encore une fois, il est difficile de changer cela dans l’univers du jeu vidéo. De nombreux jeux contiennent des stéréotypes. Tenter de faire bloc en évitant d’acheter ces jeux contenant des stéréotypes peut être une solution mais à condition que la grande majorité des gamers le fasse et cela n’est de loin pas gagné. Selon moi, il faut en parler avec son enfant, lui expliquer que dans la réalité, une femme n’est pas soumise ou inférieure à l’homme et que les afro-américains ne sont pas forcément terrifiants. Tout se passe dans l’éducation que l’on donne à son enfant et en restant vigilant à ses jeux et surtout à tous changements de comportement suite à une session.

J’ai mis le doigt sur d’autres risques que je considère comme moins dangereux durant mes recherches : le risque physique par exemple. En effet l’enfant ne bouge pas ou très peu durant ses sessions. La luminosité en fait également partie, elle influence les hormones du sommeil et il est donc préférable de limiter les temps d’exposition aux divers écrans de jeu avant le coucher.

Quid de la socialisation de l’enfant ? Le jeu vidéo peut-il avoir un rôle dans ce cadre ?

Clairement oui à mon avis. En jouant en réseau, l’enfant va se faire des amis virtuels, de nouvelles connaissances, ce qui peut avoir un effet libérateur pour celui qui serait timide avec ses camarades de classe par exemple. Réussir à communiquer avec un parfait inconnu, l’aidera peut-être à le faire avec son cercle de connaissances. Selon des études environ 70% des enfants auraient un intérêt pour le jeu vidéo et cela doit ouvrir les discussions. Enfin, le jeu vidéo peut aussi renforcer la confiance en soi : si celui-ci franchi un niveau (réussir un monde, augmenter son personnage, …) difficile durant sa partie il va se sentir valorisé.

Je suis d’accord avec certaines recommandations, moins avec d’autres comme par exemple le fait de ne pas installer d’écran dans la chambre de son enfant. Ma fille en a un et tout se passe très bien. Même si, encore une fois, j’ai la chance qu’elle se limite d’elle-même. A mon sens, chacun doit faire selon son enfant.

Il faudrait également varier les types de jeux pour permettre à l’enfant de s’épanouir dans différents domaines. J’alterne avec ma fille entre les jeux purement ludiques, de construction, de réflexion ou d’aventure. Elle ne se rend pas compte qu’avec certains jeux, elle poursuit son apprentissage scolaire.

Mais la recommandation la plus importante pour moi reste de respecter l’âge minimum inscrit sur la boîte du jeu (PEGI) et, avant tout, la maturité de votre enfant. Deux enfants de 8 ans n’auront pas le même jugement et pas le même recul sur un jeu ou une situation.

Voilà donc le fruit de ma brève recherche sur le jeu vidéo et l’enfant. J’ai pris du plaisir à le faire et j’ai surtout appris que le jeu vidéo ne doit pas leur être interdit, quel que soit leur âge. A notre époque, le jeu vidéo fait partie intégrante de leur quotidien et les en priver reviendrait à les isoler dans une bulle. En résumé, si je peux me permettre un conseil : laissez jouer vos enfants, laissez-les se créer un monde dans lequel ils sont rois. Jouez aussi avec eux, ce sont des moments de partage incroyable. Voir la fierté et la joie de votre enfant lorsqu’il vous bat dans une course vaut largement le prix d’une console.

Pour terminer, voici quelques jeux sympas à partager avec votre enfant ou à lui faire essayer tout seul.

Zelda Breath of the Wild sur Switch :

Ma fille y est totalement accro, comme son père. Elle adore ce jeu car elle peut suivre son chemin comme bon lui semble et faire ses propres choix. Résoudre les énigmes des sanctuaires lui plaît également beaucoup.

Ark sur PS4

Nous y jouons en local (sans autre joueur humain) tous les deux. Je lui laisse prendre la décision pour la construction et moi je cours partout pour lui amener les ressources. Nous passons d’excellents moments père-fille sur ce jeu et je le recommande car les enfants sont sous le charme des dinosaures.

Minecraft sur n’importe quelle console

Egalement un jeu de construction qui fait la part belle à l’exploration. Nous avons fait peu de session pour l’instant donc je ne peux pas encore confirmer que le charme ait opéré.

1 2 Switch sur Switch
Elle y joue avec sa petite sœur. Elle aime bien car elle gagne… mais sa sœur n’a que 4 ans et ne comprend pas encore grand-chose.

Mario Kart 8 sur Switch

Je suis moins fan de cette licence donc elle y joue avec sa maman qui lui laisse quelques victoires entre les défaites car selon ma femme, il faut aussi apprendre à perdre.
avatar
denfull
Admin

Messages : 169
Date d'inscription : 14/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Allô papa, ici gamer

Message par taramabas le Ven 6 Avr - 14:05

Et bien je pensais avoir été devancé par d'autres pour la réponse, mais soit, j'y vais de mon petit commentaire !

Premièrement, un grand bravo pour le job et la recherche effectuée pour l'article. Malgré l'avoir lu et relu à l'interne, je dois dire qu'une fois publié et relu, j'ai été différemment touché par le sujet. 

Je me suis personnellement jamais réellement posé la question. Mon fils étant tout frais... Cependant, je me surprend parfois à nous imaginer tous les deux en coop sur FIFA ou à nous tirer la bourre sur un jeu comme mario kart. Et je dois dire que c'est à chaque fois une belle image qui m'accroche un sacré sourire. A chaque fois que l'image me venait en tête et depuis le temps qu'on parlait de cet article, j'y pensais systématiquement. Une des questions qui me revenait le plus en tête était celle de la permission donnée. Enfin l'âge à laquelle permettre son enfant de se faire les mains... Je me demandais pourquoi tu t'étais fixé cette barre des 8 ans, mais tu semblais ne pas avoir la réponse toi-même ^^. Essayant de faire l'exercice pour moi, le résultat ne fût pas vraiment différent. 

Me concernant, je prends les jours les uns après les autres. Il est encore petit. Je pense que les choses se feront d'elles-mêmes. Je serai de toute façon présent et attentif aux différentes restrictions. Le PEGI premièrement, qui n'est pas là pour rien à mon sens. Certes, avec mon passif de joueur, j'ai une vision que je qualifierai de plus complète que n'importe quel quidam, mais quand bien même, je serai vigilant. 

Deuxièmement, je pourrai citer le temps laissé à disposition à son enfant pour y jouer. C'est un peu paradoxale de limiter le temps de jeu de son enfant sachant que si je le pouvais, je jouerais h24 ^^. Trêve de plaisanterie, je pense qu'il est réellement important d'accompagner et d'expliquer le pourquoi des décisions prises et des restrictions que nous, parents ou développeurs, apposons sur les jeux. On n'y coupera pas, il flotte dans l'air d'aujourd'hui un parfum de technologie, toujours plus recherchée, plus puissante, plus accessible... il faut tout, tout de suite et que tout fonctionne rapidement... La société ne nous laisse que rarement le choix, il faut s'adapter mais pas au détriment des valeurs qui nous sont chères!

Le sens de la famille est réellement important pour moi et sans doute pour beaucoup de ma génération. Le jeu-vidéo, parfois mal compris des plus néophytes, est souvent jugé à tort. Parfait dindon de la farce pour les personnes politiques les plus notables de notre planète ou simple motif de railleries dans les cours de récréation à coup de "sale geek" lancé à la figure du petit boutonneux du fond de la classe... Heureusement l'heure est à la connectivité, les jeux en multijoueurs ont la vent en poupe et ce n'est certainement pas prêt de s'arrêter. Je pense que l’interaction entre les joueurs sont la preuve-même que les JV contribuent au bon développement social de l'enfant. J'ai personnellement fait des rencontres qui ont, je peux le dire aujourd'hui, changé ma vie... et pas qu'un peu...

Si je cite ces phénomènes c'est pour appuyer ce que je disais plus haut, à savoir l'accompagnement de l'enfant. Quel que soit le jeu et surtout lorsqu'on parle de jeu-vidéo qui peut vite être facilement détourné par le joueur ou d'autres intervenants. Les comportements violents, racistes, les pseudos agressifs, les propos lancés dans son micro sans que le joueur mesure l'impact qu'ils peuvent avoir... il est tant facile derrière son écran de devenir un parfait petit con. Mais voilà, pour moi ce sont premièrement les parents les responsables. Ces incivilités découlent le plus souvent d'un manque d'éducation.

C'est à ça que je ferai attention prioritairement. Ne pas laisser suivre les traces de son père à mon fils. Parce que oui, j'en ai mis des insultes, des propos complètement stupides que je regrette aujourd'hui. Alors je ne blâme pas pour autant mes parents hein ^^ mais je crois qu'il faut savoir faire la part des choses et reconnaître qu'on est mauvais perdant. L'apprentissage de la défaite pour espérer réussir lors de son prochain essai ! (j'ai soudain envie de lui faire découvrir le JV par Dark souls ^^).

Le jeu-video forge les caractères! Par leur profondeur, par les questions que la trame principale soulève, par leur beauté ou simplement par le plaisir ressenti par le joueur lors d'une session de jeu. Comme toutes bonnes choses, il ne faut pas en abuser et trouver un juste milieu. Me concernant, je ne pense pas possible de m'arrêter un jour d'y jouer. Toutes les émotions que j'ai pu ressentir lors d'un premier retourné acrobatique marqué en coopération, lors de la fin de The Last of Us, d'un top 1 sur un COD ou BF lors de mes années Try Hard. J'en ai vécu des bons moments et tous mes souvenirs se rapportant aux jeux-vidéos sont positifs. C'est ce que je souhaite pour mon fils.

Je me réjouis réellement de vivre ces moments avec lui. Je vois déjà maitenant qu'il est au taquet avec tous les écrans qui l’entourent. On nous dit qu'il ne faut pas l'y habituer, ce qu'on tente de faire. Mais c'est difficile, rien que par notre façon de vivre constamment sur le natel ou avec la télé allumée. On essaie vraiment de faire attention mais ce n'est pas chose aisée. Encore que si on réfléchit bien, la génération actuelle et celle qui arrive grandiront avec toutes ces technologies alors que nous les premiers écrans que nous avions c'étaient les cathodiques et les gameboy auxquels on collait notre nez pour jouer en écran splitté et ne pas voir où se situait notre pote lors de partie endiablée de Golden Eye... et on est pas plus con pour autant ... enfin, il me semble...

Je crois que je vais simplement faire au mieux en ayant toujours à l'esprit ce qui m'avait plu lors de MA propre découverte du JV et essayer de lui transmettre ma passion en lui évitant les petits pièges qui peuvent s'y rapporter. Il me tarde vraiment.

Un article fort intéressant et un sujet dont il est assez facile de parler. Merci pour le boulot et pour ton avis complet sur la question. Je sens que notre discussion ne s'arrêtera pas là tant nos chemins se croisent IRL ^^

_________________
Taramabas
WWW.SWISSGAMINGLAB.CH

@taramabas
avatar
taramabas

Messages : 318
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Allô papa, ici gamer

Message par Flowa le Ven 6 Avr - 17:14


Superbe article mon Denfull qui, je l'espère, suscitera de nombreuses réactions qu'un tel investissement mérite.

Ta réponse Tara est tout aussi intéressante.

Je viendrai évidemment mettre mon grain de sel tant le sujet m'intéresse, mais j'ai pas eu 10 minutes pour moi aujourd'hui, donc il faudra juste attendre que je trouve le temps de venir donner mon avis. Wink

_________________
Flowa
www.swissgaminglab.ch

avatar
Flowa

Messages : 394
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Allô papa, ici gamer

Message par MrDelux le Ven 6 Avr - 19:52

Oh, pas mal l'article ! Great Job Very Happy

Peut-être que dans quelques années je mettrai le sujet à jour en apportant mes expériences personnelles tongue

Mais c'est pas avant un long moment tongue

Mais, si je devais parler de mes parents (ou de ma mère en particulier), bien qu'elle était attentive sur les limites d'âge, elle ne m'a jamais empêché de jouer à un jeu vidéo. A 12 ans, j'égorgeais des gens sur Conflit Vietnam pour dire tongue

Pour elle, les jeux vidéo, c'était un passe-temps pour enfant, elle n'y faisait pas vraiment attention à vrai dire.

Mais, heureusement, j'suis pas devenu un cinglé pour autant Razz


Dernière édition par MrDelux le Jeu 12 Avr - 16:49, édité 1 fois
avatar
MrDelux

Messages : 38
Date d'inscription : 14/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Allô papa, ici gamer

Message par denfull le Ven 6 Avr - 22:51

Merci J.

_________________
"C'est pas moi qu'explique mal, c'est les autres qui sont cons !"
avatar
denfull
Admin

Messages : 169
Date d'inscription : 14/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Allô papa, ici gamer

Message par taramabas le Sam 7 Avr - 14:29

pas un cinglé.... c'est toi qui le dit ... Laughing

_________________
Taramabas
WWW.SWISSGAMINGLAB.CH

@taramabas
avatar
taramabas

Messages : 318
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Allô papa, ici gamer

Message par Flowa le Jeu 12 Avr - 16:25


Toi qui est un peu entre les deux générations Deluxe, tu poses là un problème réel.

Le décalage et la vision biaisé des parents par rapport aux jeux vidéo. Soit c'est prohibé, soit c'est une activité pour les enfants. Or c'est faux dans les deux cas à mon avis.

C'est un média relativement jeune, ce qui explique d'une personne aussi sensible que Sofia puisse laisser son fils de 12 ans égorgé des soldats sans s'en soucier tongue

C'est pourquoi je pense qu'il est important d'accompagner l'enfant peu importe l'activité, s'y intéresser un minimum pour évaluer les risques potentiels...


_________________
Flowa
www.swissgaminglab.ch

avatar
Flowa

Messages : 394
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Allô papa, ici gamer

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum